La confiance en soi...

Publié le par maison de perrette

allee-jardin.jpg

 

Pour ma part, un long chemin, et j'ai atteint ma destination...

 

J'ai toujours manqué cruellement de confiance en moi. Je connaissais mes qualités, etc, mais je n'y arrivais pas. J'avais adolescente une idée totalement faussée (par les magazines?): cette image de la fille parfaite, qui regarde de haut tout le monde et qui s'adore, tout le temps, en toute occasion. Personne ne lui arrivait à la cheville.

 

Cette quête de la perfection a duré très longtemps...sans que j'y arrive, jamais. J'ai toujours envie de m'améliorer, d'évoluer, mais je sais désormais qu'être parfaite n'est pas à ma portée, et que ce n'est pas enviable non plus.

 

Plusieurs petits évènement de ma vie ce sont enchaînés naturellement, pour m'ouvrir doucement les yeux et me permettre de m'accepter.

 

Tout d'abord, un moment difficile, où j'ai appris que la confiance en soi est faite de petites choses: se préparer un thé quand il fait froid, c'est se faire du bien, se soigner, être sa propre amie (même si ça a l'air cucul). C'est prendre soin de soi dans les petits détails de la vie quotidienne. Se dire que finalement, ce soir, je ne vais pas sortir, mais rester au lit avec un livre parce que je suis crevée. C'est choisir un pull bien chaud et bien doux quand l'hiver arrive.

 

Puis durant ma grossesse, au début, j'angoissais: je voulais que tout soit parfait, je voulais contrôler au maximum. J'ai vu mon médecin de l'époque qui m'a dit une chose simple, mais qui fut une révélation pour moi: "à partir d'aujourd'hui et jusqu'à votre mort, vous ne contrôlerez plus rien", et c'est ça qui fait la magie d'un enfant. On ne peut jamais rien contrôler. On ne peut pas être parfaite, mais on peut trouver de la satisfaction dans les petites failles, les petites imperfections...c'est ça qui est drôle et qui fait qu'on est "vivant", humain en tout cas...

 

Alors maintenant, je fais mon chemin, tranquillement, sans me soucier du regard des autres, je veille seulement à avoir de l'indulgence pour moi-même.

J'ai vu tellement de filles parfaites (à mon avis), qui au final avaient aussi des petits défauts. Alors oui, je ne suis pas forcément mince, je pourrais être plus riche, plus belle, plus intelligente ou plus je ne sais quoi. Mais j'ai d'autres qualités, et ce sont ces qualités qui font que mon amoureux m'aime, que ma puce m'aime, que mes amis aiment venir à la maison...

 

Au fur et à mesure, en étant indulgente, patiente avec moi-même, en relachant la pression et en ne cherchant plus à être parfaite, j'ai pu réaliser de petits objectifs comme perdre du poids, devenir plus organisée, devenir plus féminine. Et le cercle "vertueux" a commencé. On prend plus facilement la parole quand on sait qu'on est capable de faire des choses biens, on rigole davantage, on est sur les photos, on participe, du coup on a de meilleurs rapports dans son couple, ou avec ses amis.

 

Et aujourd'hui...tout va bien. Je sais que je suis difficilement destabilisée, je m'affirme. C'est un beau cadeau pour moi, mon entourage et ma fille, mon petit amour. J'espère lui transmettre çà!

Publié dans réflexion

Commenter cet article